Chute des prix du pétrole : Le Président de l’Anavad alerte la Kabylie (vidéo)

Ssuma n lpitṛul tṣubb-d: aselway n unavad isseɣtaf tamurt Taqbaylit

,

Lors de la conférence de presse “virtuelle”, qu’il a tenue aujourd’hui, 20 Avril à 18h, le Président de l’Anavad a expliqué que la crise sanitaire en cours va engendrer une crise économique inédite pour le monde mais également pour la Kabylie.

Rappelant que les prix du pétrole ont chuté sous la barre des zéro dinar au Texas, il a expliqué que les pays fragiles comme l’Algérie vont “s’effondrer” : “Les tenants du pouvoir algérien sont en train de s’éliminer entre eux, les caisses sont vides, le pétrole est bradé à travers le monde” a-t-il martelé avant d’expliquer ce qui est, pour lui, inédit : “les puissances qui ont l’habitude d’aider l’Algérie dans ses périodes de crises, traversent elles-même une crise sans précédent, une crise qui va durer et qui est même pire que la crise de 1929. […] et il n’y a plus de FMI pour emprunter de l’argent“, a-t-il analysé.

A ce propos, Ferhat Mehenni a alerté la Kabylie et les citoyens Kabyles :” chaque kabyle doit reprendre son champ pour le travailler afin de se prémunir de toute éventuelle famine. Les quartiers, les villages et les communes doivent s’organiser. La lutte contre la crise sanitaire en cours et contre la crise économique à venir doit primer” a-t-il conclu.

A rappeler que le Président de l’Anavad a alerté à plusieurs reprises ces dernières semaines sur la crise économique à venir et qui va toucher de plein fouet le peuple Kabyle.

Dans une tribune publiée dans média française Le Causeur, Mass Ferhat Mehenni a expliqué qu’un nouveau monde est en marche : “La réflexion, qui mérite d’être engagée aujourd’hui, est de savoir sur quelles nouvelles bases on va reconstruire une humanité politique solidaire, respectueuse autant des droits des peuples que de leurs diversité et de leurs richesses immatérielles ; respectueuse autant des communautés et des individus que de la nature, de la faune et de la flore“, a-t-il notamment écrit.

Voir la conférence en entier

Lire Aussi :