Interview exclusive avec Rob Edmunds : « Massinissa avait gardé la souveraineté des Numides »

,

Comme nous l’avons annoncé, les deux romans de l’auteur Gallois Rob Edmunds : « Massinissa: allié de Carthage » et « Masinissa: allié de Rôme » sont sortis officiellement aujourd’hui 28 août.

Nous avons contacté l’écrivain gallois pour en savoir plus sur lui et sur ces deux ouvrages autour du grand Roi numide, qu’il estime pas assez connu par ailleurs. L’interview, faite en anglais, a été traduite en français afin qu’elle soit accessible à un large public Kabyle.

Vava innova : Qui est Rob Edmunds?

Rob Edmunds : Je suis un écrivain de Swansea, dans le sud du Pays de Galles. Mes romans sur Masinissa sont mes premiers livres publiés. Je n’écris pas à plein temps pour le moment, même si j’ai un autre livre sur lequel je travaille actuellement. Je travaille dans un collège local pour conseiller et accompagner les élèves dans leur apprentissage.

Comment avez-vous découvert le roi Massinissa ?

Je suis tombé sur le roi Masinissa par hasard. Quand j’ai commencé à chercher davantage sur ce personnage, j’ai trouvé que c’était une histoire tellement épique et importante que je voulais en savoir encore plus. J’ai toujours voulu écrire quelque chose de substantiel et son histoire m’a donné une structure et un plan avec lesquels je pensais pouvoir travailler. Plus j’en apprenais et plus cela me passionnait.

Sur votre site, vous avez écrit que Massinissa est une “personnalité négligée”

Ce commentaire est probablement lié à ma propre perception. Je suis sûr qu’il n’est pas négligé en Afrique du Nord et dans votre région. Je le dis parce qu’il devrait être connu beaucoup plus au niveau international étant donné son importance historique et ses réussites. Le nom et l’histoire d’Hannibal par exemple sont connus dans le monde entier. Ce n’est pas le cas pour Masinissa, à tort.

Vous portez beaucoup d’intérêt pour ce roi numide

Mon intérêt a été suscité par différents points, je dirais. Je n’ai jamais visité l’Afrique du Nord mais il y a quelque chose de fascinant à ce sujet historiquement et culturellement pour moi.

Massinissa a eu un tel impact sur cette région et sur le monde, d’un point de vue historique, que je voulais écrire sur lui et partager son histoire avec d’autres personnes. Parmi mon entourage, personne n’avait entendu parler de lui et je pensais que c’était dommage et que je pouvais y remédier, même si ce n’était qu’à petite échelle.

Pendant l’élaboration de ces ouvrages, j’avais également pris contact avec plusieurs personnes amazigh via les médias sociaux. Ils m’ont donné tellement de soutien et d’encouragement que cela m’a donné plus de motivation et d’enthousiasme pour terminer le projet.

Je ressens également une certaine affinité avec les peuples amazighs et leur cause et je m’y rapporte en tant que Gallois. La situation que mon pays a connue vis-à-vis de l’Angleterre est similaire. Cela a été une lutte pour maintenir notre langue, notre identité et notre culture pendant de nombreux siècles.

Justement, trouvez-vous qu’il y a beaucoup de ressemblance entre la l’histoire du pays de Galles (et des celtes en général) avec celle des berbères ?

Je pense qu’il peut y avoir des parallèles entre les deux histoires. Ma connaissance de l’histoire de mon pays n’est pas complète et ma connaissance des expériences amazighes est, en dehors de la période dont j’ai parlé, très limitée.

La ressemblance pour moi tient à la résistance farouche des deux peuples à la conquête et à l’imposition de cultures étrangères. Entre les Ve et XVe siècles après JC, il y eut de nombreuses batailles et guerres entre les Gallois et les Anglais. Il y a beaucoup de châteaux au Pays de Galles appartenant à des rois anglais qui les ont construits pour contrôler les populations locales. Pour les Gallois, le dernier prince ou roi que nous avons eu c’était Owain Glyndwr qui a disparu en 1412. Il y a une chanson populaire galloise appelée Yma o Hyd qui se traduit par Still here (Toujours là).

Je pense que c’est un sentiment que les Amazighs partageraient : Les deux peuples sont toujours là, sur leurs terres, malgré tout.

Aussi, je pense que les peuples celtiques en général partagent des similitudes avec les peuples amazighs. Il y a des régions dans différentes parties de l’Afrique du Nord où la présence amazighe est plus forte. C’est la même chose avec les peuples celtiques. D’ailleurs, il existe un drapeau pan-celtique qui a un peu changé au cours des dernières années et qui présente les drapeaux de huit nations et régions celtiques.

Les drapeaux représentent le Pays de Galles, l’Irlande, l’Écosse, l’île de Man, les Cornouailles, la Bretagne, les Asturies et la Galice.

Pour revenir au personnage principal de ces deux romans, est-ce qu’avec ces alliances, le Roi Massinissa et les numides étaient soumis à Carthage puis à Rome ou avaient-ils gardé leur souveraineté ?

A mon avis, le roi Massinissa, ou le prince Massinissa, tel qu’il était au début de mes livres, avait gardé la souveraineté des Numides. J’ai délibérément choisi le terme « Allié » dans mes titres par exemple au lieu de soldat ou autre. Ils avaient leur propre capitale et leur propre roi ainsi que le royaume rival de Syphax.

Massinissa s’est battu et a établi son propre royaume unifié qui a été reconnu par Rome. La Numidie n’était pas un sujet ou un état vassal. Il n’était pas aussi puissant ou égal à Rome, mais il était souverain, ou du moins, c’est ainsi que je le comprends.

Un de mes amis amazigh m’a envoyé il y a quelques mois une photo d’une pierre en Grèce sur laquelle figurait une inscription de l’époque remerciant Massinissa pour le grain. Je ne pense pas que des remerciements seraient donnés à une personne qui a été soumise. Il était respecté et estimé dans une partie éloignée de la Méditerranée. J’espère avoir aidé un peu à garder son héritage vivant et fort.

L’histoire que vous racontez est-elle basée sur des faits ou elle est essentiellement le fruit de votre imagination?

Ils sont beaucoup fondés sur des faits, des personnes réelles et des événements. J’ai puisé beaucoup d’informations depuis les œuvres des historiens romains de l’époque. Il y a aussi des personnages et des événements que j’ai imaginé, mais j’ai essayé de rester aussi proche que possible de l’histoire. Je me suis également un peu inspiré de sources cinématographiques pour quelques scènes.

L’une des préoccupations que j’avais lorsque j’écrivais les livres était la description des paysages. J’ai dû utiliser des photographies pour certains d’entre eux. Aussi, une grande partie de l’histoire se déroule en Espagne et je connais mieux cette partie du monde.

Pourquoi avoir publié les deux tômes en même temps ?

À l’origine, mon intention était d’écrire un livre sur lui mais il est devenu très long alors j’ai décidé de le faire en deux parties.

Il y avait un point de rupture naturel à mi-chemin lorsqu’il abandonne son alliance avec Carthage pour s’associer à Scipion et Rome. L’histoire comporte deux phases et deux alliances différentes. Il a donc semblé juste de la transformer en deux livres.

Visez-vous un public en particulier ?

J’espère que mes livres vont atteindre un public aussi large que possible. Je suppose que compte tenu des thèmes et de leur style, il serait considéré comme un roman d’aventure historique avec des éléments de romance, notamment dans les chapitres où figure Sophonisba.

J’ai le sentiment que mon lectorat le plus enthousiaste se trouve au parmi les peuples amazighes et j’espère pouvoir les atteindre. Il y a des difficultés avec le fait que les livres soient en anglais mais j’espère un jour pouvoir traduire les livres en tamazight et en français. Ce serait une belle chose à faire, je pense.

Seront-ils disponibles en Afrique du Nord justement?

Les e-books sont actuellement dans un accord exclusif de 3 mois avec Amazon et Kindle et ce n’est pas disponible pour beaucoup de gens en Afrique du Nord pour le moment. Lorsque ce contrat prendra fin en octobre, les livres électroniques seront disponibles auprès de tous les autres fournisseurs tels que Apple, Google Play, Kobo, Barnes & Noble, Overdrive, Borrowbox, Gardners et Scribd. Les livres physiques sont disponibles en pré-commande sur le site Web de Waterstones et seront disponibles sur Amazon dès le 28 août.

Merci de m’avoir permis de communiquer avec vos lecteurs.

Se procurer les livres :

Rob Edmunds
Retrouvez-nous sur notre page @Facebook et sur #Instagram ! Abonnez-vous à notre chaîne ►YouTube