L’auteur Kabyle Noufel Bouzeboudja lauréat de la bourse Alfred Landecker Democracy

,

Noufel Bouzeboudja vient de gagner une prestigieuse bourse décernée à des candidats dont les projets promeuvent la démocratie participative, la protection des minorités, la dépolirasation des débats, la justice et les droits de l’homme. Le fils d’At Iččir (Tizi Ɣennif) intègre ainsi une cohorte de 30 activistes, leaders et jeunes professionnels de l’Union européenne, du Royaume-Uni et des États-Unis.

La Fondation Alfred Landecker est basée à Berlin. Elle “existe pour défendre des sociétés ouvertes et libérales et renforcer les institutions démocratiques qui sauvegardent nos libertés“, peut-on lire sur son site. Elle a été fondée en 2019 en réponse aux “tendances croissantes du populisme, du nationalisme, de l’antisémitisme, de la haine envers les minorités et du scepticisme envers les institutions démocratiques“.

Contacté par nos soins, Noufel nous a expliqué que son projet consiste en la création et la mise en œuvre d’une plateforme en ligne appelée #PremiereLigne pour diffuser des histoires d’immigrés dans les banlieues. Ces histoires, principalement sous forme de vidéos portraits, illustreront le rôle central des travailleurs de première ligne de la banlieue parisienne pendant la pandémie COVID-19. Ces histoires établiront des parallèles historiques entre ces travailleurs et leurs ainés qui ont participé à la reconstruction de la France après la Seconde Guerre mondiale.

Parmi la population des banlieues, les professions telles que les eboueurs, les aides-soignants (es) dans les hôpitaux et les EHPAD, les livreurs, les chauffeurs (es), les employés (ées) des supermarchés, les agents d’entretien… sont surreprésentés. Il en va de même pour leurs ainés qui ont travaillé sur des chantiers et des usines pendant « Les Trentes Glorieuses ». Pendant le confinement, ces travailleurs ont continué à faire tourner les services essentiels, travaillant souvent dans des conditions très difficiles avec le risque d’être contaminé. «C’est eux les vrais VIP», nous dit Noufel. Et de poursuivre : « C’est eux qui sont au front, c’est eux les héros du quotidien qu’on avait longtemps oublié ».

Dix participants seront sélectionnés pour participer à l’élaboration de cette plateforme. Ils participeront à une série d’échanges éducatifs des journalistes, des historiens, des sociologues et des travailleurs communautaires. Ces participants seront formés aux techniques de base du journalisme telles que l’interview et la narration (Storytelling), le cadrage vidéo, la prise de son et aussi le montage.

Une fois que les portraits réalisés, ils seront diffusés sur une plateforme dédiés, sur les réseaux sociaux et les médias.

Cette bourse est une belle occasion pour donner de la hauteur aux projets que j’entreprends en banlieue depuis maintenant plus de 5 ans” nous a confié Noufel qui tente de partager ses compétences et créer des outils pour la prise en confiance (Empowerment) des jeunes issus de l’immigration, surtout. Pour mettre en œuvre son projet, Noufel a déjà établi un partenariat avec « Espace Paris Jeunes Taos Amrouche » et l’association « Digitil Media et Culture ».

A préciser que cette bourse est établie en partenariat avec Humanity in Action et Purpose : “Avec les autres 29 lauréats, Humanity in Action et Purpose nous forment dans plusieurs disciplines tout au long de l’année, via Zoom et en présentiel (Berlin et Amesterdam) pour réseauter et mener nos projets à bon escient“, nous a encore expliqué Noufel qui n’attend que le déconfinement pour recruter des participants et commencer son projet.

En savoir plus

Retrouvez-nous sur notre page @Facebook et sur #Instagram ! Abonnez-vous à notre chaîne ►YouTube