VIDEO. Ferhat Mehenni : « je demande à Nezzar et Toufik d’arrêter la mascarade immédiatement »

,

Alors qu’au moins 4 quotidiens proches du pouvoir algériens ont consacré leur Une de ce 18 aout au MAK, qu’ils pointent du doigt dans l’affaire du meurtre abjecte de Djamel Bensmail, Ferhat Mehenni a assuré, dans une nouvelle allocution, que “toute cette affaire est cousue de fil blanc” avant de marteler : “je demande au général Nezzar et au général Toufik d’arrêter la mascarade immédiatement“.

Et de poursuivre : “nous allons produire un dépôt de plainte pour les impliquer (les deux généraux, ndlr) devant la cour pénale internationale ainsi que les commissions des droits de l’homme de l’ONU et de l’union européenne“. Ferhat Mehenni a, par ailleurs, rappelé ce qu’il avait révélé lors de sa précédente allocution quant aux instigateurs des incendies qui ont ravagé la terre Kabyle. A savoir que ce sont les généraux Yahia Ali Oulhadj et Hocine Abdelhamid, du clan Nezzar et Toufik, qui ont mis en œuvre le plan macabre d’incendier la Kabylie, dans le but de faire bouger les lignes politiques en Algérie en faveur de leur clan. Des incendies qui ont fait plus de 150 victimes et que le Président algérien lui-même a qualifié de criminel.

Néanmoins, cette manipulation médiatique d’ampleur ne semble pas surprendre le président de l’Anavad : “nous avions dit le 16 juillet que ces généraux allaient commettre des actes terroristes pour nous les imputer, nous y voici, or nous sommes pétris de valeurs humaines, nous sommes pacifiques et nous le demeurerons“. Par ailleurs, Ferhat Mehenni réclame une commission d’enquête internationale aussi bien sur les auteurs des incendies que sur l’assassinat du fils de Miliana, tout en prévenant : “La police et la justice algériennes sont disqualifiées pour mener toute enquête”. Et de marteler : “on ne peut pas être juge et partie“. Le Président de l’Anavad a même assuré qu’il est à la disposition d’Interpol si celui-ci veut enquêter.

Si la propagande du pouvoir algérien contre le MAK ne prend pas en Kabylie, celle-ci risque d’avoir de l’écho auprès de la population algérienne : “nous ne sommes animés d’aucune animosité à l’égard des algériens, nous aimons tout le monde mais nous avons le droit de nous aimer nous-même et d’aspirer à notre liberté et à notre indépendance. Si nous ne livrons pas ce combat aujourd’hui, demain cela va être pire pour nos enfants et pour vos enfants“, s’est-il adressé aux algériens avant de demander à tout le monde de “désamorcer les bombes de l’avenir” et de ne pas tomber dans le piège du pouvoir algérien : “créer une guerre civile entre kabyles et arabes pour ensuite venir rétablir l’ordre et se prévaloir d’une nouvelle légitimité“.

Retrouvez-nous sur notre page @Facebook et sur #Instagram ! Abonnez-vous à notre chaîne ►YouTube