Politiques et acteurs sociaux algériens ont commis 14 déclarations aux relents anti-kabyles en une année

,

L’anti-kabylisme s’est généralisé en Algérie écrivait l’avocat Athmane Bessalem en avril 2020 alors que Ferhat Mehenni ne cesse d’alerter sur l’opération “Zéro Kabyle” en vigueur depuis l’existence Hirak. Voilà un peu plus d’une année que le site d’information Kabyle vava-innova.com a été créé. Nous avons recensé pas moins 14 déclarations aux relents anti-kabyles. A noter que plusieurs d’entre elles sont ouvertement racistes à l’égard du pays kabyle.

Leurs auteurs ne sont pas des citoyens lambdas mais des chefs de partis, des députés, des artistes ou des acteurs de la société civile. Bref des individus qui sont lus, visionnés et suivi par des algériens.

1- « Tamazight officielle, une mine laissée par Bouteflika … »

« “Tamazight est une langue officielle”. Une mine laissée par Bouteflika qui est plus dangereuse que les mines que nous a laissées … la France. Tu la laisses, c’est un danger, tu la démontes, c’est un danger ! » a posté l’ancien député et conseiller du ministre algérien des affaires religieuses Adda Fellahi le 06 mai 2020.

2- les femmes kabyles accueillaient les “paras” à bras ouverts

Le même jour, le journaliste Farid Alilat a réagi aux propos d’un militant du FLN, Walid Bengroune qu’il a qualifié de discriminatoires à l’égard des kabyles. « Il dit que lorsque son maquisard de grand-père se rendait avec ses hommes dans la Wilaya 3, on leur refusait un morceau de galette et on les chassait de la région. Il dit qu’en revanche, lorsque les bataillons de paras arrivaient, Ferroudja (comprendre la femme kabyle) les accueillait à bras ouverts » a rapporté le journaliste de Jeune Afrique.

3- Lettre à macron pour remplacer le mot « kabyle » par « algérien »

Le 07 mai 2020, l’écrivaine et islamologue franco-algérienne Razika Adnani s’est adressée au Président français Macron : « Idir était certes un Kabyle, mais il était avant tout un Algérien » a-t-elle écrit sur son blog hébergé par le site Marianne, en rep^rochant au Président français d’avoir parle de chanteur Kabyle et non de chanteur algérien : « l’arabité du Maghreb n’était pas voulue par des Arabes qui seraient venus de l’Arabie mais par des Berbères eux-mêmes » écrit-elle encore.

4- Les étudiants kabyles accusés d’« intelligence avec l’étranger »

Le 08 mai 2020, Kamel Bensalem, président du PRA (Parti du Renouveau Algérien) a accusé les étudiants de Vgayet et de Tizi Wezzu d’« intelligence avec l’étranger » sur une chaine arabophone algérienne. Il les a même accusé de percevoir un salaire pour « déstabiliser l’Algérie ».

5- Les amazighs n’ont jamais existé en Algérie …

 Le 11 mai 2020, le journaliste algéro-palestinien Salah Âwd a nié, à travers ses déclarations, l’existence des peuples amazighs en Algérie. “De nombreux peuples se sont succédés en Afrique du Nord, mais seul l’arabo-muslman a pu y rester” a-t-il écrit. Il veut dire que les peuples amazighs n’ont jamais existé ou bien qu’ils étaient seulement des passagers comme tous les conquérants de l’Afrique du nord.

6- « Idir n’était ni humaniste ni universaliste mais un tribaliste »

« Idir ne possède, ni la vertu humaniste ni celle d’universaliste. Il est plutôt tout le contraire. Son attachement obsessionnel et radical à la pureté de la culture et à l’identité Kabyle fait de lui un tribaliste, qui n’a d’intérêt et d’empathie au premier niveau sentimental que pour son identité ethnique et sa culture locale dans leur pureté absolue » a écrit le chroniqueur algérien Youcef Benzetat, le 6 mai 2020, sur Médiapart après le décès du chantre Kabyle.

7- « Tamazight n’est pas une langue »

Durant la même période, le poète algérien d’expression arabe, Mohamed Djerboua a déclaré sur Beur TV : « un dialecte se rapporte à une langue sauf que Tamazight n’est pas une langue ». Et de poursuivre : « comment comparer la langue de la poésie et du Coran à une langue qui n’est utile ni dans la vie ni dans l’au-delà »

8- Soummam et la Fondation Zidane ont-ils l’intention de séparer la Kabylie de l’Algérie ?

« Pourquoi tournent-ils le dos aux autres régions ou bien ont-ils l’intention de séparer la Kabylie de l’Algérie ? » s’interroge Hadda Hazem, la directrice du quotidien arabophone « Al-Fadjr » suite aux aides de la fondation Zidane, de Cevital et de Soummam pour la Kabylie lors de la pandémie. Elle estime que ces bienfaiteurs ont « tourné le dos aux autres régions ».

 Dans cette déclaration datant du 11 avril 2020, elle a tenu a encenser le gouvernement Algérien. « je sais que le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens pour venir en aide aux citoyens de Blida et de tout le pays. Qu’il a protégé et protégera ceux qui sont dans le besoin, peu importe si Zidane intervienne ou pas » a-t-elle écrit.

9- « La France veut revenir en Algérie par Tizi Ouzou et Béjaïa »

Dans une lettre adressée au président Tebboune le 1er juin 2020, Ali Halitim, psychologue et écrivain arabophone, a accusé la France de soutenir l’autodétermination de la Kabylie avant de s’en prendre aux indépendantistes kabyles. « Doit-on vous rappeler que ces séparatistes n’ont aucun rapport ni avec les Kabylie, ni avec l’amazighité, ni avec l’Algérie, ni avec l’islam mais ils sont en relation avec leur mère la France, qu’ils veulent voir revenir par Tizi-Ouzou et Béjaïa comme elle était venue la première fois par Sidi Fredj » a-t-il déclaré.

10- « nous sommes prêts à prendre les armes contre les séparatistes »

Le 24 juillet 2020, Mohamed Larbi Zitout, porte-parole du mouvement islamiste Rachad a déclaré :  « nous sommes prêts à prendre les armes contre les séparatistes », faisant allusion aux indépendantistes kabyles.

11- « La Kabylie est prise en otage par une extrême droite identitaire »

Le président du parti « Jil Al Jadid », Soufiane Djilali a déclaré, le 08 novembre 2020, dans le direct du Soir d’Algérie que « la Kabylie est exactement comme le reste des régions, il n’y a pas lieu de la singulariser ». Il renie donc toute spécificité à la Kabylie avant de surenchérir : « La Kabylie est prise en otage, il y a une extrême droite identitaire qui est en train de se développer ».

12- « Le Hirak béni s’est dressé contre le Hirak Dachra »

« Le Hirak béni s’est dressé contre le Hirak Dachra » a écrit le président du parti islamiste El Bina et ancien candidat aux présidentielles algériennes Abdelkader Bengrina le 21 février 2021. Par Hirak Dachra, il faisait référence aux kabyles actif dans le hirak algérien.

13- Emprisonner « Les zouaves et leurs descendants » et détruire leurs statues

Récemment, c’est le sénateur algérien Abdelouaheb Benzaïma qui s’est attaqué aux kabyles à deux reprises. La première fois, le 18 avril 2021, en évoquant les “zouaves” et leurs “descendants” à la veille de la commémoration des printemps kabyles. La deuxième fois, c’était au lendemain des marches du 20 avril où il a récidivé en appelant le ministre algérien à poursuivre les militants indépendantistes, faire interdire les marches et démolir les statues érigées en Kabylie.

14- Appel au génocide contre les kabyles

Le même jour, le YouTubeur Said Bensedira est allé encore plus loin en menaçant les kabyles qui ne sont pas contre le MAK d’extermination à l’arme chimique.

Retrouvez-nous sur notre page @Facebook et sur #Instagram ! Abonnez-vous à notre chaîne ►YouTube